Le bharatanatyam - Historique

Comme tout le monde le sait, l’Inde est un immense pays enrichi d’une très grande culture. Celle-ci fut alimentée par des siècles de colonisations et de cohabitations de différents peuples. Ces habitudes, ces traditions et ces religions nous donnent ce pays si diversifié et si complexe qu’est l’Inde. Il suffit de regarder les différentes danses pour voir qu’elles sont différentes mais qu’elles s’alimentent entre elles tout en gardant leurs saveurs.

Le bharatanatyam est la danse classique de l’état du Tamil Nadu qui se trouve dans le sud de l’Inde. Cette forme d’art ne peut remonter plus loin que 200 à 300 ans en arrière, même s’il est certain que ses bases sont plus anciennes, car cette danse est basée sur les écrits du Natya Sâstra de Bharata, dont les premières parties furent écrites vers 500 av.JC. C’est l’ouvrage le plus ancien qui codifie l’art dans sa globalité.

La plupart des huit danses classiques de l’Inde sont des danses religieuses.
Selon la danse le dieu principal peut changer. Le dieu Shiva, Lord Nataraja est celui du bharatanatyam, car il existe cette croyance qui dit qu’il créa l’univers en dansant.

Avant la colonisation anglaise, les danseuses étaient choisies depuis leur plus jeune âge. Elles formaient une « caste » que l’on appelait des « Devadasis » ou « Bayadères ». Femmes très cultivées elles avaient accès au savoir, ce qui n’était pas le cas de toutes les femmes, surtout à cette époque. Leur savoir s’étendait à parler et écrire plusieurs langues indiennes, à chanter, jouer d’au moins un instrument et avoir une formation religieuse très poussée. A leur arangetram on les considérait comme épouse d’un dieu hindou et elles dédiaient leurs vies au temple. Elles avaient la grande liberté de pouvoir avoir des amants, et c’est ce point-ci qui fit leur perte. Pour les anglais cela était inadmissible. Elles furent chassées des temples et, pendant longtemps, seuls les hommes déguisés en femmes dansaient.

En 1948 l’Inde retrouve son indépendance et se réconcilie avec plusieurs facettes de sa culture. Grâce à l’existence de grands maîtres cette danse a retrouvé son essor qui marqua la création de plusieurs écoles parmi lesquelles on trouve l’une des plus connue : « Kalakshetra » crée par Rukmini Devi.

Il est maintenant de très bon goût de faire initier sa fille à une danse. C’est une marque de bonne éducation qui, couronnée par un arangetram,  enrichit la dot celle-ci. Le bharatanatyam s’est bien développé au cours du 18e siècle jusqu’à nos jours. C’est d’ailleurs la forme de danse indienne la plus répandue en dehors des frontières de l’Inde. Elle a quitté les temples, sauf à l’occasion de certains festivals religieux, pour des représentations individuelles et de groupes sur scène pour notre plus grand plaisir.

Yoga Soins
Historique Qui sommes nous Cours et Formations Les évènements Les Liens Nous contacter